Avant de redonner la parole à Pierre, et le laisser nous mener jusqu'aux premiers accès du Mal, il me faut revenir sur des "Fragments pour une dialectique de la séduction", trouvé parmi ces notes, à l'hôtel Regina de Pau. C'est en relisant les notes sur cette soirée, vraisemblablement de pur fantasme, que j'ai compris que c'est là que naquit l'idée des fragments, tentative ironique de renouveler les codes de la séduction. Tout y est traité en une dialectique du chasseur et de la proie, une suite d'invitations et de réponses, de pièges et d'illusions. L'un des exemples correspond point pour point à cet épisode.

Invitation: regard distrait en direction de la proie. Réponse: Même regard. Confirmation de l'invitation: regard direct du chasseur puis de la proie. Soit immédiatement, soit après délai, selon les circonstances et le désir, la proie s'éloigne vers le piège (pour elle (acte), pour lui (déception)). Le chasseur suit sans trop regarder la proie, afin que celle-ci puisse discrètement vérifier sa présence. La proie atteint le piège, invitant le chasseur à suivre (porte entrebâillée, bref regard en arrière, juste avant de pénétrer. Au plus simple, le piège se referme une fois le lieu atteint. Mais des variantes infinies peuvent retarder l'échéance, la proie semant le doute: porte fermée en apparence, disparition provisoire, grand sourire accrocheur avant de refermer la porte, etc.)

Et tant qu'à faire, mon préféré, qui confine à la chorégraphie:

Dans un lieu public où la proie est debout et fixe (quai, magasin, rue,etc.)

Invitation: le chasseur se rapproche au plus près de la proie, sans la toucher. Réponses: la proie jette un bref regard indifférent vers l'arrière, ou d'un pas esquissé, le heurte légèrement avant de reprendre sa place, sans se retourner. Confirmation de l'invitation: Le chasseur frôle la proie, bras contre bras, avant de se placer juste en avant d'elle, de biais. Réponses: La proie répète le jeu de la première réponse ou de la confirmation, ou s'en va lentement. Ensuite, elle teste l'imagination et le désir du chasseur en répétant le jeu dans des circonstances défavorables:dos contre mur, bord de trottoir, dos vers rue, conversation avec un passant, un vendeur, elle s'assied, etc. Elle y met fin en repartant vers le piège, où le jeu peut encore se renouveler. Le chasseur peut y mettre fin (préfère la brièveté, teste l'autre, se montre insatisfait du choix) en se mettant le plus possible en face d'elle, regard fixe et fermé. Le jeu peut se raffiner par la présence d'un complice, de la proie ou du chasseur; par l'inversion des rôles comme pour la confirmation; en se cachant; par un crescendo des frôlements, plus osés ou plus brutaux, etc.

Deux dernières remarques: le jeu n'est pas toujours muet, mais la parole est alors élliptique, allusive, cassante, brève. Elle rappelle ce que Pierre disait dans le prologue du "langage des vieux voyageurs": "Des regards, quelques mots. Un goût de symbole comme un vieux fond de whisky de mauvaise qualité, que l'on tourne d'un poignet distrait".

Les "fragments" ne se limitent pas à ces propositions. Ils traitent de la nécessité des rôles de chasseur et de proie, de leur répartition, du sens religieux-symbolique de la confirmation et du langage gestuel. Il s'attarde sur le beau terme de "Saint-Scellé" de certaines églises, qui instaure le croyant comme enfant de Dieu, le mettant en parallèle avec la signification érotico-maternelle du sein, et l'ambivalence du sceau: signature d'un pacte ou fermeture. Tant qu'à avoir interrompu un peu longuement le récit, je donne ici à lire un poème, vraisemblablement écrit cette nuit-là, et qui éclaire sa vision du voyage:

Nous fumes absents plus d'un été

     paumes chatoyantes

     plaies éperonnantes

Nous avions des destins plein les yeux

     les yeux empalés

     les yeux roulés vifs dans la farine d'étoile

Nous avions les prés mûrs et l'haleine féroce

     le vin vénéneux et la langue enivrante

Nous fûmes des épopées, des désastres, des mémoires perdues

Mais de tout cela

     prismes à faces révolues

Il n'est plus que brassées de couronnes

     de Graals

     de lait sacré

     de lois éternelles

fracassées.

 

A Pierre et à ses démons, à présent.