Figures de l’Eveil

Des citations qui précèdent, et d’autres éléments des gnoses antiques et mystiques, on peut repérer les constituants majeurs de l événement initial du récit :

1. La géométrie de l’Eveil:
Dans les récits gnostiques, pour atteindre l’homme prisonnier du Créé, l’Envoyé doit briser les cercles cosmiques qui constituent les murs de l’Univers, geôle où le Mal, le Démiurge, a jeté l’homme.

Dans les récits de la mystique musulmane (Avicenne et le récit de La Mecque d’Ibn Arabi), cette intrusion de la Révélation dans l’espace clos du Réel se précise et se modifie : le mystique marche en cercle, à l’écart de la foule (situation qui marque une certaine distance prise avec la condition humaine commune, les murs de la cité chez Avicenne, la circumambulation de la foule des fidèles autour de la Kaaba chez Ibn Arabi), lorsqu’il aperçoit ou entend le « messager » qui vient vers lui.

Chez Sohrawardi, le relâchement des liens se fait par étapes : les yeux s’ouvrent, les gardiens relâchent leur surveillance, le prisonnier gagne le désert. Là, il voit venir vers lui l’envoyé. On retrouve donc dans les deux gnoses le cercle comme symbole de l’enfermement, alors qu’il est dans la pensée classique symbole de perfection.

Dans la gnose antique, l’Envoyé traverse les cercles. Dans la gnose mystique, le cercle s’élargit d’abord, symbole de relâchement des liens, de la conscience commune, lorsque survient le Messager. Cette nuance symbolique a son importance : elle souligne le caractère plus passif – et souvent plus collectif- du gnostique de l’antiquité face à la quête individuelle du mystique, qui prend en charge son destin, qui choisit d’aller vers la conscience supérieure.

Le relâchement du cercle peut apparaître comme symbolisant tous les efforts de préparation à la conscience mystique, de mise en condition. La mystique est inséparable d’une certaine technique, d’un savoir-faire, là où le Gnosticisme ne voit qu’appartenance à une communauté prédéfinie d’élus. Mais cette préparation, ce savoir-faire ne nie en rien le caractère irruptif, soudain, imprévisible de l’Eveil.

Derrière ce symbolisme géométrique peuvent se lire une vision abstraite des rapports entre conscience imaginaire et conscience commune, la seconde linéaire et continue, limitée, définie, l’autre brisée, suite d’événements singuliers.

Enfin, anticipant sur l'approche "psychologique", et en s’imaginant cette ligne droite pénétrant par une brèche le cercle des mondes, on peut se laisser attirer par les résonances érotiques d’une telle géométrie moins abstraite qu’il n’y paraît. Le rejet de la sexualité, presque constant en gnosticisme comme en mystique, loin d’induire refoulement et régression comme dans la religion, conduit à une certaine forme de sublimation qui joue un rôle essentiel tant dans l’expression –les images passionnelles sont légion- que dans la construction même du mythe.

L’élément polarisant par lesquelles les différentes structures, événements symboliques, prennent place dans un récit orienté, est le désir. On voit déjà là un peu cette occultation des faits par rapports à la structure dans le versant gnostique de la conscience imaginaire, alors que dans le versant poétique, où l’érotisme apparaîtra en pleine lumière, son effet structurant en sera obscurci.


2. La Révélation
Le caractère bouleversant de l’Eveil tient à ce que, subitement, le gnostique passe de l’état d’endormi, d’ignorant, à celui d’éveillé, d’initié. Tout se dévoile plus ou moins brusquement: ses origines dans l’unité, la nature de l’envoyé, sa condition de prisonnier dans le monde, la nécessité du retour, le long temps passé dans les limbes de l’abandon.

Mais dans le même temps, cet éveil est tout autant chargé d’incompréhension, de questions : pourquoi la chute, l’abandon, comment revenir, etc.. cependant que le Messager restant dans le registre symbolique préserve le caractère énigmatique du message. La résolution de cette contradiction entre énigme et Révélation ne peut être atteinte que par leur déploiement dans le voyage de retour. La Révélation gnostique est avant tout une invitation au départ.