De Charp à plusieurs

(à ceux qui arrivent ou que je n'ai pas encore prévenu: si ces mails vous saoulent, dites-le moi, je vous vire. Les surréaleux, restez, cela vous concerne. Et aussi, en réponse, au cas où, précisez: à publier ou pas, pseudo ou pas. Si ça cogne, j'aimerais en faire profiter les autres. Et vous serez dans mon roman. La gloire, quoi)

 

Bon, que je vous recause un peu.

Suis toujours dans le tam-tam, la corne de brume, tout ça. Encore à quai. J'avertis. Au cas où.

Chacun prend le ton qu'il veut, je garde le mien. Les miens. Salut Michel.

S'il n'y a personne, je pars, c'est aussi bon.

D'ailleurs, y-a-t-il la place pour plus d'un ? Personne ne le sait. Peut-être qu'il y a autant de place que l'on veut. S'il y a trop je pousserai par dessus-bord. Comme hier, sur FB.

Donc, ici, par mail, après les 10, les 30. (à peu près – quand on aime on compte pas – et là j'étais sélectif).

Puis hier soir, Facebook, le livre des visages -enfin, du visage, mais l'un multiple, c'est au cœur du débat ici.

Serons-nous trente oiseaux ?

Six, ce serait pas mal, avec la morgue nécessaire.(ça suit, là?)

Le livre dévisage. Lieu détestable, donc idéal pour mon humeur. Comme dit en statue là, en objet ici, bon pour la pêche au chalut et la castagne, l'une multipliant les occasions de l'autre. Là comme ici.

Moi, je savais ce que je faisais en les invitant, ceux qui acceptaient, pas toujours, pas souvent. Ceci dit, ça a un peu tangué avec des anciens contacts aussi (deux amis du petit, ici), mais rien de sérieux, surtout la dame.

Ça vous dérange pas que je fasse dans le bavard ?

Y en a ici qui ont peut-être suivi, j'en ai vu qui rôdaient.

Évidemment, ce ton, de ma part, pour ceux qui me connaissent, ça surprend. Pour la castagne, pas tous, sur internet j'ai déjà été hargneux, mais avec les formes. Même qu'une petite jeune me prenait pour un dandy, jusqu'à ce qu'elle me rencontre. Bref.

 

Le mieux, c'était des petits surréaleux. La poussière dont parle Breton, je ne sais plus où (Prolégomènes?).

Des anglophones, malheureusement. Je suis donc resté primaire, pas sûr que cela aurait été différent en français. Il y en a un, John Adams (oui, déjà le nom est bateau -façon de parler) qui m'invite dans « Ze Bureau of surrealist enchantments »

Du luxe, quoi. Faut pas m'inviter sans demander. Je frappe. Pas fort : cinquante ans de retard, le bateau est parti les gars, vous feriez mieux d'en prendre un autre, (ils ne le feront pas, ils préfèrent rester dans leur luxe, à quai) cessez de vous cacher derrière un cadavre déjà largement putréfié, tout ça.

Y râlent, ils se multiplient. Y a en un, David Nadeau (Nadeau?Encore ?), qui me traite de trollanti-surréaliste.

C'est vrai quoi, on peut pas être agressif avec un surréaliste. C'est bien élevé ces petites bêtes. Namaste, comme disait une autre. Bande de cons.

Le sketch du perroquet, le plus connu des Monty Python, vous connaissez ? Eux, c'est le vendeur. Le perroquet, c'est le surréalisme. Sauf que Michael Palin a une autre allure que ces petits minets.

 

J'ai fait long, là. Mais je tenais à le dire, le truc du perroquet (on a le simorgh qu'on peut), et de ceux qui restent à quai. Le prenez pas pour vous (ou pas).

Namaste ! (ça veut dire quoi, d'abord, Namaste?)

Bon, un shot et je me recouche.